Chirurgie parodontale

Régularisation gingivo-alvéolaire

Après des extractions dentaires, la cicatrisation peut de faire de façon anarchique et entrainer des irrégularités de la gencive et de l’os entourant la dent. L’intervention consiste à redonner un contour de gencive plus harmonieux et non traumatique de façon à faciliter la mise en place d’une prothèse dentaire.

 

Plasties des freins de la lèvre et de la langue

Un frein de lèvre volumineux et d’insertion basse sur la gencive peut être source de problèmes gingivaux, d’une gêne au brossage des dents ou pour la mise en place d’une prothèse. Parfois, il représente un obstacle pour la progression d’un traitement orthodontique. L’intervention consiste sous anesthésie locale à sectionner ou supprimer le frein de lèvre.

Un frein de langue court diminue les amplitudes de mouvement de la langue. Il peut avoir une répercussion sur l’élocution et la déglutition, mais aussi un retentissement sur la position des dents et la croissance maxillo-mandibulaire. L’intervention consiste à sectionner ou supprimer le frein de langue sous anesthésie locale.

 

Chirurgie apicale

La chirurgie apicale permet de traiter une infection chronique localisée à l’apex d’une dent tout en la conservant. Cette infection se présente sous la forme d’une lésion kystique qui évolue à bas bruit détruisant l’os périphérique. Elle peut être responsable d’infections aigues intermittentes.

L’intervention nécessite que la dent soit dévitalisée préalablement. L’abord de l’infection se fait par la gencive sous anesthésie locale le plus souvent. Une surveillance clinique et radiologique est nécessaire pendant quelques mois.

 

Lambeaux et greffes gingivales

Ces différentes techniques permettent de corriger un découvrement gingival excessif au niveau des dents quelque soit son origine. Elles permettent de protéger la dent et de restaurer un sourire esthétique. Un lambeau consiste à déplacer la gencive pour la repositionner correctement. Une greffe est un prélèvement réalisé à distance (au niveau du palais le plus souvent) qui est ensuite fixé sur la perte de substance gingivale.